Paris, Maman & Moi

Lifestyle d'une famille parisienne : coups de coeur, bons plans, loisirs, culture
Paris I ♥ you

Hôtel de Chalon-Luxembourg, un hôtel particulier du Marais

mardi 22 octobre 2013
Hôtel Chalon-Luxembourg

L’Hôtel de Chalon-Luxembourg est un hôtel particulier situé au 26, rue Geoffroy-l’Asnier (75004).

Edifié à partir de 1625 dans le quartier parisien du Marais, il a été classé monument historique en 1977.

Son appellation « Châlon-Luxembourg » reste encore aujourd’hui mystérieuse. En effet, on attribue à Guillaume Perrochel, auditeur à la Chambre des comptes du roi, et à son épouse, Françoise Buisson, la construction de cet hôtel entre cour et jardin vers 1625. On peut d’ailleurs lire sur les frontons des lucarnes de l’hôtel les lettres P et B, correspondant à Perrochel et Buisson.

Pourtant, sur le somptueux portail (voir plus loin sa description) sont gravés les noms « Hôtel de Chalons 1625 Hôtel de Luxembourg 1659 ». Il pourrait s’agir de la réunion de deux noms de familles distincts : une famille de commerçants originaires de Rouen, les Châlon, ont loué cet hôtel ; puis Marie Amelot de Bisseuil, épouse séparée de Charles de Béon de Luxembourg, en fit l’acquisition en 1658.

Cet hôtel reste également singulier par l’usage tardif de la pierre et de la brique. Dans le Marais, on a surtout construit en pierre de taille au XVIIe siècle, à l’exception notoire de la place des Vosges (inaugurée en 1612), de l’hôtel de Mayenne (rue Saint-Antoine) ou de l’hôtel d’Alméras (rue des Francs-Bourgeois).

L’hôtel de Châlon-Luxembourg est resté célèbre pour avoir abrité en 1914 l’écrivain Gabriele d’Annunzio qui occupa un appartement au rez-de-chaussée.

Cédé à la Ville de Paris en 1948, il a été mis en vente en 2011 et acquis par un particulier.

Sources : Wikipedia, Metronews et Parisevous

Si avez aimé cet article, merci de voter pour ma participation aux Golden Blog Awards 2013http://www.golden-blog-awards.fr/blogs/paris-maman-moi.html

  1. Le Marais est si riche de ces hôtels particuliers dont l’histoire nous échappe un peu et garde par delà le temps sa part de mystère. Et c’est tant mieux. Cela laisse aux écrivains un peu d’imagination…

Laisser un commentaire