Paris, Maman & Moi

Lifestyle d'une famille parisienne : coups de coeur, bons plans, loisirs, culture
Paris I ♥ you

Les deux cadrans de l’Église Saint-Vincent-de-Paul

lundi 18 août 2014
Saint-Vincent-de-Paul

Entre les larges escaliers, les rampes et les jardins, on peut dire que l’Eglise Saint Vincent de Paul domine la rue de Belzunce et la Pace Place Franz Liszt.

Oeuvre de l’architecte, Hittorf, elle est notamment célèbre pour les plaques de laves émaillées qui décorent sa façade.

Saint-Vincent-de-Paul
Saint-Vincent-de-Paul

Saint-Vincent-de-Paul
Saint-Vincent-de-Paul
Saint-Vincent-de-Paul
Saint-Vincent-de-Paul
Saint-Vincent-de-Paul
Saint-Vincent-de-Paul

De 1846 à 1860, Pierre-Jules Jollivet (1803-1871), élève de Gros, décore la façade de Saint-Vincent de Paul de plaques de laves émaillées qui lui avaient été commandées à la demande d’Hittorff, l’architecte de l’église. Ce dernier pensait ainsi illustrer dans son église ses propres théories sur l’architecture colorée chez les Anciens. L’invention de la peinture en émail revenait à Mortelèque et Hachette, et favorisée par le préfet Chabrol comte de Volvic qui y voyait entre autres un moyen d’aider l’industrie de son Auvergne natale. (…)

Ces six tableaux furent mis en place vers mars 1860 et firent immédiatement scandales. « Un prêtre, raconte Jollivet, du haut de la chaire avait dénoncé aux fidèles l’immodestie des sujets représentés par l’artiste ; les mères devaient défendre à leurs filles de lever les regards sur la face de la maison du Seigneur polluée par les images de la création, de la faute et du châtiment de nos premiers parents et par celle du Christ qui, dépouillé d’une partie de ses vêtements, recevait le baptême dans les eaux du Jourdain ». Devant l’ampleur des protestations et la pression du clergé, la dépose de ces plaques fut décidée par Haussmann en 1861. Jollivet se sentit incompris. Il attribua à juste raison l’enlèvement de son décor à l’hypocrisie du clergé et au refus de toute nouveauté de la part du public. (…)

Pendant plus d’un siècle, cet immense décor de façade allait rester dans les dépôts de la Ville de Paris sans que personne ne s’en soucie. Il faut attendre 138 ans pour les faire sortir de l’oubli. C’est en effet en 1998 que la Ville prit l’heureuse initiative d’en restaurer quelques-unes et de les exposer au Musée de la Vie romantique. Source : Paroisse Saint Vincent de Paul

Cependant, c’est la présence de deux cadrans qui m’a interpellée. Si l’un est clairement une horloge, j’ignore à quoi correspond le second. Un cadran solaire ? Si c’est le cas, je n’en connaissais pas de similaire…

Saint-Vincent-de-Paul
Saint-Vincent-de-Paul
Saint-Vincent-de-Paul
Saint-Vincent-de-Paul

Edit du 18/08/2014 à 23h22

Un lecteur Twitter sur Twitter m’informe qu’il s’agit d’un calendrier qui indique le jour du mois. Et je confirme que la date indiqué correspond ! Merci @TotoroInParis

  1. Pas plutôt un thermomètre, comme sur le beffroi de la mairie du 1er arrondissement ?
    Sans garantie….. (je l’avais photographié quand j’avais cherché les thermomètres, baromètres, etc )

  2. Etrange en effet et une excellent trouvaille par l’occasion!
    Je vais chercher si je trouve quelque chose concernant ce cadran mais je pense que tu as dû chercher avant d’écrire ce billet.

    1. J’ai en effet effectué quelques recherches, mais il m’arrive parfois de passer à côté de la réponse. D’autant plus que les réponses à cet type de sujets font parfois l’objet d’ouvrages dont le contenu n’a pas circulé sur Internet.

  3. C’est un peu bête mais je suis partie en 1972 en colo devant cette église et depuis je l’assimile au coup dur qui m’est arrivé là bas. J’avais été piquée par un frelon ! A chaque fois que j’y passe, je ne regarde pas l’église, je songe à ce frelon savoyard ! Pour preuve, je découvre ses merveilles sur tes photos. A corriger très vite !

Laisser un commentaire