Paris, Maman & Moi

Lifestyle d'une famille parisienne : coups de coeur, bons plans, loisirs, culture
Paris I ♥ you

La double horloge du Ministère des Armées

lundi 17 novembre 2014
La double horloge du Ministère des Armées

A l’angle du boulevard Saint-Germain et de la rue de Solferino, s’élève une tour dont la spécificité est de porter une double horloge. Il s’agit du bâtiment de l’ancien Ministère des Armées. Entièrement restaurée, cette horloge publique est magnifique !

La double horloge du Ministère des Armées
La double horloge du Ministère des Armées

La double horloge du Ministère des Armées
La double horloge du Ministère des Armées
La double horloge du Ministère des Armées
La double horloge du Ministère des Armées

Jules Louis Bouchot (1817-1907), architecte du gouvernement, est chargé de l’édification des nouveaux bâtiments du ministère de la Guerre. Ancien élève de l’École des Beaux-Arts, il a été autrefois l’architecte en chef de la compagnie Paris-Lyon-Marseille (PLM). On lui doit notamment les gares de Nice et de Milan. Son objectif est de donner à la façade un caractère monumental. Les travaux débutent en 1868. Ils sont interrompus par la guerre de 1870, mais ils sont repris après l’épisode de la Commune. En 1875, l’aile occidentale est terminée et la partie en façade sur le tronçon ancien de la rue de l’Université est achevée en 1877. Les travaux prennent fin en 1883. La façade du bâtiment est longue de 142 mètres, elle est en pierre de taille ornée de corniches et de moulures. Elle s’impose entre deux pavillons. Au centre, elle est coupée par un pavillon dans lequel s’intègre la porte principale. Celle-ci est surmontée d’un fronton représentant la France avec à ses côtés deux lions, symboles de la force. Les façades du boulevard Saint-Germain et du prolongement de la rue de Solferino forment un angle obtus où l’architecte a fait élever une tour qui porte une double horloge. L’ensemble des bâtiments comprend de nombreux bureaux, des salles de commission, des salons de réception sur une superficie de 3 841 m². L’îlot Saint-Germain est né.

Source : L’îlot Saint-Germain au tournant des XIXe et XXe siècles de Michaël Bourlet

Laisser un commentaire