Paris, Maman & Moi

Lifestyle d'une famille parisienne : coups de coeur, bons plans, loisirs, culture
Loisirs et Culture

Le Génie des Jardins

jeudi 25 septembre 2014
Anastassia Elias - Génie des Jardins - photo MADE

Pour fêter les 30 ans du Génie de la Bastille (association pour la diffusion et la défense de l’art contemporain dans le quartier Bastille), la 7ème édition du Génie des Jardins entraîne les visiteur dans une quête de l’utopie…

"Utopia" Le 7ème Génie des jardins
« Utopia »
Le 7ème Génie des jardins

Jusqu’au 28 septembre, les Jardins de la Roquette (2, rue du Général Blaise 75011) et Maurice Gardette (143, rue de la Roquette), accueillent 40 installations qui  explorent le champ des possibles et nous convient à des expériences sensorielles. Les jardins deviennent espaces de création en dialogue avec le paysage environnant, lieux de rencontre entre l’art et le grand public, lieux d’échanges avec les artistes.

Pour la 1ère fois, le Génie des Jardins devient une biennale internationale, confirmant l’amorce de l’édition précédente, avec des invités étrangers. 50 artistes participent à cet événement dont des artistes brésiliens et autrichiens. En 2013, les artistes du Génie avaient investi les jardins de Campo de Santana à Rio de Janeiro et le parc de l’Institut Français de Vienne.

Tane Gras - Génie des Jardins - photo MADE - bd
Tane Gras – Génie des Jardins – photo MADE – bd
Marie Barbé - Génie des Jardins - photo MADE
Marie Barbé – Génie des Jardins – photo MADE
Lorna Taylor - Génie des Jardins - photo MADE - bd
Lorna Taylor – Génie des Jardins – photo MADE – bd
Bogumila Strojna - Génie des Jardins - photo MADE - bd
Bogumila Strojna – Génie des Jardins – photo MADE – bd
Anastassia Elias - Génie des Jardins - photo MADE
Anastassia Elias – Génie des Jardins – photo MADE

En proposant des parcours artistiques dans les jardins publics du XIème arrondissement, le Génie des Jardins crée un événement convivial aussi inattendu que fertile, et interroge la place de l’art dans l’espace public.
C’est l’occasion d’apprécier l’art contemporain au hasard des allées, de plébisciter l’audace devant des installations improbables, de saluer la liberté des choix, de céder à l’humour, de s’abandonner à toutes les rêveries.

  1. J’adore les 2 dernieres photos. La ville ou j’habitais possedait un parc avec un peu d’art contemporain, dont des tuyaux rouges en forme d’asticot. C’etait tres ’70 mais tt le monde aimait. Ca rendait le parc encore plus vivant 🙂

Laisser un commentaire