Paris, Maman & Moi

Lifestyle d'une famille parisienne : coups de coeur, bons plans, loisirs, culture
Lectrice & the City

J’ai lu : « Lexi Smart a la mémoire qui flanche » de Sophie Kinsella

dimanche 11 août 2013
Lexi Smart a la mémoire qui flanche – Sophie Kinsella

C’est l’été… Alors je fais l’apologie de la légèreté, avec cet ouvrage de chick lit (littérature pour poulettes) !

Auteure rendue célèbre par sa série L’Accro du Shopping, Sophie Kinsella a pourtant écrit une dizaine d’autres romans, dont Lexi Smart a la mémoire qui flanche.

Comme souvent avec cet écrivain, l’histoire est drôle et surtout, d’une légèreté déconcertante. Lexi Smart a la mémoire qui flanche raconte comment Lexi, une Cendrillon un peu « plouc » des temps modernes, se retrouve dans la peau d’une femme d’affaires au corps de rêve, après une chute sur un trottoir glissant… J’en conviens, ce genre d’aventure n’arrive pas à tout le monde. Et tout l’art de la narration de Sophie Kinsella consiste à nous faire croire que notre meilleure copine pourrait-être à la place de Lexi (pour peu que l’on ait une amie pas très jolie et franchement gourde, ce qui n’est pas mon cas).

Une fois encore, le récit manque de profondeur, mais c’est si bon de mettre ses neurones en pause…

Lexi Smart a la mémoire qui flanche – Sophie Kinsella

  1. Tu as raison, l’été est propice aux lectures légères. J’ai retrouvé en préparant mon déménagement ma série d’Angélique marquise de anges et je me suis dis que j’allais les relire pour la centième fois (j’exagère) pour le plaisir de retrouver ce parfum de légèreté de mes étés d’antan ! J’ai lu l’accro du shopping – ma fille me l’avait prêté – alors pourquoi pas celui-ci ? Bon dimanche

      1. Harlequin! Je crois que ça devrait être interdit. C’est tut sauf de l’art. Bêtise, niaiserie, sexisme….
        En seconde notre prof de français horrifiée par la circulation des Harlequin parmi les élèves avait démonté le mythe en nous faisant écrire un mini Harlequin en classe, en 4 heures c’était bouclé.

        Je trouve que la chick lit c’est du même acabit sauf que c’est axé sur le shopping et les vacances.

        C’est certainement le seul genre littéraire pour lequel les films sont meilleurs que les livres.

        1. Votre prof a été bien inspirée !
          Cela serait de la bêtise de considérer Harlequin comme de l’art. C’est du divertissement, au même titre que la télévision. Rien de plus. De là à l’interdire, je trouve cela extrême. Tout le monde n’est pas un intellectuel et il en faut pour tous. Je n’aime pas, mais c’est quand même les livres les plus vendus dans le monde, c’est donc qu’il y a des acheteurs.
          Quant à la chick lit. J’assume à 100% : quand d’autres regardent une émission débile, je lis un livre débile. Et puis ils ne parlent pas que de shopping et de vacances (Lexi Smart n’aborde aucun de ces thèmes).
          Mais tu ne lis jamais des livres légers ? Tu es trop sérieuse !

          1. A partir du moment où un livre est « léger », il n’est pas pour moi, ce qui ne signifie pas pour autant que les livres que je lis ne peuvent pas traiter de sujets légers, être courts, simples ou amusants.
            J’aurais plutôt tendance à regarder une émission débile (pas trop quand même) ou dépassée d’autant plus que je n’ai pas besoin de me concentrer dessus, je peux faire plusieurs autres choses en même temps.

            Je crois que ce n’est pas parce que la majorité ou beaucoup de gens font quelque chose qu’ils ont raison.
            Je pense vraiment qu’il faut faire disparaître l’immense majorité des Harlequin.

  2. Tu as raison Sheily, il faut savoir se divertir. Tu fais suffisamment de belles et intéressantes choses vu les articles de ton blog. Sans te flatter, je découvre à travers tes billets, des endroits que j’ignorais. C’est un plaisir de te lire. Alors tu as droit à un petit moment de légèreté que tu sais visiblement bien gérer.

Laisser un commentaire